30. [Mar. 16] L'Amant - Théâtre

Le mardi 16 mars à 20h30 à la Salle des fêtes - Durée : 1hL’Amant

- Une production du Théâtre Dramatique National de Lituanie
- D’après Marguerite Duras
- Genre : Théâtre
- Lieu : Salle des fêtes
- Durée : 1h
- Adaptation, mise en scène et interprétation : Biruté MAR,
- Décorateur : Arturas Simonis,
- Compositeur : Antanas Jasenka
- Costume et maquillage : Jolanta Rimkute
- Création vidéo : Andrius Jakucionis

Ce spectacle sera donné en langue lituanienne (voir encart “nous avons vu”).

Lors de l‘achat de vos billets, nous vous donnerons le texte de la pièce en français.

Ce spectacle est une adaptation de l‘AMANT,
célèbre autobiographie de Marguerite DURAS, paru
en 1984. Dans ce roman, elle raconte sa liaison
entre elle, pauvre fille de 15 ans et un millionaire
chinois dans les années 30 en Indochine.

Quelques grenades, quelques coquillages, des
cloisons orientales, une projection vidéo qui nous
montre une fumée de cigarette... c’est dans cet
espace que va évoluer l’héroïne, nous raconter son
histoire, ses souvenirs...

Au fur et à mesure de l’histoire, cet espace deviendra ,
aidé par une lumière expressive, un pont de bateau
éclairé par un soleil matinal et sur lequel nous allons
rencontrer cette fille de 15 ans, ouverte au monde,
la maison de sa mère, puis l’univers inconnu de la
passion dans l’obscurité de la chambre de l’amant...

C’est avant tout un spectacle intime : il est comme
un entretien avec le spectateur, comme si on lui
racontait un secret. Le talent extraordinaire de cette
comédienne nous fera traverser sans difficulté les
âges différents de l’héroïne, ses changements
d’états, les contrastes des émotions... Grâce à l’évo-
lution de sa voix à sa plastique corporelle , elle nous
emmènera du chuchotement au cri de la libération,
de la naïveté adolescente jusqu’aux intonations
fatiguées, rauques d’une femme âgée, expérimentée...
la musique du spectacle sera la musique des sou-
venirs. Les bribes des pensées, des paroles de
l’héroïne enregistrées sur la bande son se mêlent aux
mélodies des chansons françaises (Paris où elle ira
un jour est quelque part, loin), les motifs de la
musique orientale, les sons subtils du piano (souvenir
de l’enfance), les frémissements-impulsions de la
passion, le rythme du cœur accéléré qui retentit
plusieurs fois...

Et tout ce qui ne peut pas être exprimé par la parole,
c’est la danse qui nous le dira : la passion, les émotions de la première nuit d’amour...

Nous avons vu ce spectacle au théâtre national de
Vilnius ... Quelques heures après, nous n’étions plus
capables de dire s’il avait été joué en russe, en anglais
ou en lituanien. Seules subsistaient les images et les
émotions. Et ce sentiment étrange, égoïste « elle n’a
joué que pour moi » se disait chacun d’entre nous ...
Un instant magique, donné par une actrice hors du
commun... Une grande dame .



HAUT