10. Soirée d'ouverture : « Non je ne regrette rien »

« Edith Piaf » par le théâtre de Nijnevartovsk (Sibérie)La pièce commence à l'époque où la chanteuse cesse de se produire dans un cabaret des plus populaires de Paris et commence ses premiers pas sur de grandes scènes. Le spectacle ne raconte pas les dernières années de sa vie mais se déroule à travers ses relations avec les hommes qui ont laissé des traces indélébiles dans le cœur d'Edith Piaf. : Paul Meurisse, Henri Conte et bien sûr Marcel Cerdan. Anna Naumova qui interprète le rôle de Piaf, nous fait vivre intensément l'histoire de cet amour, depuis la rencontre fugitive dans un restaurant jusqu'au tragique accident d'avion. C'est l'histoire de rares retrouvailles, de longues séparations, de leur tournée en Amérique, des moments de bonheur absolu.. La perte de cet amour emmènera Piaf au bord du péril en la faisant traverser tous les cercles de l'enfer terrestre : le désespoir, l'alcool, un accident de la route, une santé altérée, la drogue, le déséquilibre psychique...Et malgré tout, le retour d'Edith à la vie grâce à son amour et cette inaltérable soif de chanter. Et ce n'est pas un hasard si le spectacle se termine de manière optimiste, rempli d'espoir en la vie avec : « Non, je ne regrette rien ».

Nous avons vu ...

_ ... et avons été impressionnés par Anna se métamorphosant en notre Piaf nationale,
nous prouvant de ce fait, s'il en était encore besoin, que l'Art avec un grand « A » n'a que faire des frontières ...

Le Théâtre de Nijnevartovsk ( Sibérie ), invité d'honneur du Festival

Parce que nous sommes liés à eux par un jumelage culturel,
Parce que les lettres de noblesse du Festival ont été acquises avec eux (souvenons nous de « du thé s'il vous plait », de « carte postale de Nijnevartovsk"... du pique-nique à la guerre, ...des poules ), nous avons décidé qu'ils seraient les invités d'honneur du Festival avec leur spectacle sur Edith Piaf (création en français et russe).


HAUT